PDA

View Full Version : Safina interview


Vaidisova Ruled
Jun 2nd, 2008, 05:14 PM
But where's masha's?






Q. Félicitations !
R. Merci.
Q. Peux-tu dire maintenant que c'était la plus belle victoire de ta carrière, notamment la façon dont tu as joué ?
R. Après Berlin, c'est difficile de dire que c'est mon meilleur match. Parce que ce qui s'est passé à Berlin était incroyable. Mais c'est certainement l'un des retours les plus extraordinaire dans une partie.
Q. As-tu cru en toi pendant tout le match ou as-tu été prise par les doutes quand tu étais menée 5/2 dans le deuxième set ?
R. Le premier set était étrange. J'ai eu une balle de set. Je savais que j'avais la possibilité de m'imposer. Mais je me suis mis un peu de pression. J'étais trop passive au départ plutôt que d'être moi-même. Je n'ai pas fait mon travail très bien. Elle avait une balle de match, menait 5/2 dans le deuxième set, à 5/3 une autre balle de match. Sur sa balle de match, j'ai frappé un coup gagnant. D'un seul coup, le match a tourné. Elle dominait mais je me suis dit qu'il fallait que je continue à attaquer de mon côté.
Q. (Hors micro.)
R. Je n'ai pas montré d'émotion. Je sentais que je jouais long, au début je courais et ramenais les balles, et c'était elle qui dominait.
Q. Elle fait beaucoup de bruit, elle est très agressive, elle est intimidante as-tu pu gérer toutes des émotions ?
R. Tout dépend de nous-mêmes au tennis. Si vous vous concentrez sur l'adversaire, vous ne cessez que de vous concentrer sur elle. Il ne fallait pas que je la laisse dicter le jeu. Au troisième set, j'ai commencé à prendre le jeu à mon compte et je n'ai pas attendu qu'elle fasse des erreurs et j'ai commencé à frapper très bien la balle à ce moment-là. Il faut se concentrer sur soi-même.
Q. As-tu été en contact avec Marat ?
R. Oui. Il m'a dit : bien joué !
Q. A 6/6, dans le tie-break, que s'est-il passé avec ta raquette ?
R. Comme vous le savez, j'ai du mal à contenir mes émotions. Il va peut-être falloir que je paie des amendes si je jette ma raquette. Mais il faut que je me lâche. Au premier set, c'était un peu trop. C'est vrai que, pendant un certain moment, je reste calme, mais ensuite il faut que j'explose. Sur les deuxièmes services, je me parlais à moi-même. Ce qu'il faut, c'est rester concentrée mais de toute façon parfois j'explose.

Q. Tu parles un peu comme ton frère ?
R. Oui, un petit peu. Que voulez-vous que je vous dise ?
Q. Tu t'es retrouvée dans cette position il y a deux ans. As-tu accumulé de la confiance pour empocher le titre ici ? Qu'en penses-tu ?
R. Ce n'est pas facile. Chaque joueuse joue très bien pour l'instant. Ce n'est pas comme si l'on jouait la première joueuse mondiale et qu'il n'y avait aucune autre adversaire ; il y a d'autres joueuses qui peuvent remporter le titre. J'ai joué contre Elena DEMENTIEVA à Berlin, c'est une adversaire très coriace. C'était un match très serré. En tout cas, je ne vais pas lui laisser dicter le jeu. Je vais le lui dicter contre Elena.
Q. Tu penses remporter le match ?
R. Je ne sais pas parce qu'il y a le double. Je ne me projette pas dans l'avenir.
Q. Dinara, tu as commencé à travailler avec Heinz Guenthardt ?
R. J'ai arrêté de travailler avec lui. J'ai un nouveau coach : Krajan.
Q. Lorsque tu n'es pas sur le court, lorsque tu prends un café ou une vodka, as-tu parlé à Marat de la possibilité d'avoir un tournoi d'un Grand Chelem ?
R. Si j'arrivais à empocher un tournoi du Grand Chelem, ce serait superbe. Mais, pour arriver au niveau de Marat, il va falloir que je travaille davantage. Mais si c'était possible ce serait génial, on pourrait accrocher une belle raquette chez nous.
Q. Le public t'a-t-il aidée aujourd'hui ?
R. Je voudrais tout d'abord remercier mon frère parce que je sais que le public français aime mon frère. Le public m'a soutenue parce qu'il aime Marat. Même lorsque j'étais menée 5/2, j'ai vu que les spectateurs m'encourageaient. C'est bien parce que nous, nous, jouons pour les spectateurs.
Q. Peux-tu nous parler du prochain match, qu'en attends-tu ?
R. J'ai déjà répondu à cette question.
Q. Tu te souviens du match contre SHARAPOVA il y a deux ans ?
R. Pas véritablement, sauf quand j'étais menée 5/2. Au troisième set, c'était différent. Je n'ai pas véritablement pensé à ce match par le passé. Mais je me disais que je pouvais remporter le match et qu'il fallait que je change peut-être de tactique. J'ai bataillé dur parce que je me suis dit qu'il fallait que je remporte le match.